Témoignage de la guerre
 1939-45

Histoire vraie et vécue  par
 Charles Falconnier,
 membre de l’Amicale  et ancien
 de la Cp. Av. 4.

Charles FALCONNIER  Mécanicien, électricien, dessinateur en machines, constructeur, technicum du soir en mécanique à Zürich, interprète, etc... École de recrues d’aviation, Payerne III/44, commandant de compagnie: Plt Racine. Chambrée de 90 lits dans les combles de la caserne d’aviation. Grande  course de la Cp 2 à Reichenbach; refus d’ordre de toutes les recrues aux caporaux du jour pour cause d’abus de pouvoir suivi par enquête des Violets. Recrues blanchies.

Incorporé à la Cp. d’aviation 4 le 14 déc. 1944, Cdt., Cap Beck. Noël sous les armes à Frutigen avec le Général Guisan et cadeaux d’une petite cuillère en argent et d’un briquet gravé; 71 jours de MOB, avec 10 jours d’arrêt avec tout le détachement de préparation d’intervention  de Payerne pour arrivées tardives au cantonnement après journée de travail de 05h00 à 21h00 ! 1945 Sion, aérodrome militaire: mécanicien trois mois à la DMP.

En congé militaire, 2 ans aux U.S.A., j’ai dû payer la taxe à l’ambassade de Suisse à Washington et rattraper les cours de répétition, au total 52  jours.1956 nommé appointé.  1968, muté à la place de mobilisation Broye. A Payerne, de garde des bureaux communaux du Syndic, Achille Meyer, ancien adj. à la 4. 1970, place de mobilisation  106, 1972 Cp. EM pl. mob 106. 31 décembre 1974, libéré du service militaire. 1989,  journée commémorative mobG 1939 - un jour de service.

Assiette, channe et gobelets de l’Amicale aviation 4 sont les plus belles pièces sur mon bureau.

 "Témoins...
 Le bruit des moteurs était assourdissant, masquait celui de l'atelier! Les apprentis mécaniciens jaillirent de l'usine comme des diables d'une boîte: des avions volaient au-dessus de nous. L'un était un bombardier allemand et nous pouvions clairement l'identifier. Les autres des chasseurs suisses!

Là-haut, cela mitraillait ferme. Il est vrai que Vugelles-La-Mothe n'est qu'à 10 KM à vol d'oiseau de la France occupée et le Teuton, évidemment mal en point, cherchait à la rejoindre. Allait-il nous bombarder? Soudain, nous entendîmes les coups de canon des chasseurs: le bombardier prit feu et commença à descendre. Allait-il tomber sur Vuiteboeuf, ou Baulmes? Sautant sur nos vélos, nous le retrouvâmes dans un champ de pommes de terre: il brûlait encore réduit en gros morceaux fumants, et des corps gisants. Les villages avaient été épargnés par sa chute.

Le lendemain, la gendarmerie était à l'usine, enquêtant. Elle avait déjà récupéré les pistolets et insignes allemands volés. Les apprentis étaient innocents. Après l'école de recrues d'aviation III/44, incorporé à la Cp. av. 4 à Frutigen, j'appris que les avions de chasse étaient la 4ème Escadrille de Moranes. Elle avait mis fin à une violation de notre territoire.

C. Falconnier

Home Amicale Aviation 4Les AvionsLes MembresLe Livre d'OrNouvellesContact - Liens (Amicale Aviation 4)Historique + Photos