Ecole de parachutisme - Club fribourgeois d'aviation

Historique

1971 - École permanente et entrée en fonction
d'un moniteur professionnel
 

En 1971, l’école de parachutisme sur l’aérodrome d’Ecuvillens, gérée par le Para-club Romand, céda la place à l’école permanente de parachutisme gérée par Coop-Aviation. Les principaux centres du PCR de Fribourg, de Genève, de Lausanne et de Neuchâtel prirent leur autonomie et devinrent des para-clubs distincts.

 Le Para-club Fribourg fut fondé, son premier président fut Jürg Geiser de Bulle, et les membres furent les parachutistes du canton de Fribourg et de sa périphérie
.

L’école permanente débuta son activité avec Théo Fritschy comme moniteur professionnel, engagé par Coop-Aviation. Il fonctionna jusqu’en 1972. Ouverte en permanence, hormis un jour de fermeture par semaine, elle pouvait fonctionner ainsi grâce à l’engagement d’un pilote professionnel et permanent, Ernest Devaud de Bulle, dont la carrière de pilote d’avions et d’hélicoptères bien remplie par la suite, débuta à Ecuvillens. C’est en 1971 qu’eurent lieu à Ecuvillens les premiers cours romands de parachutisme de l’IAP.

1973 – 1975, activité intense et crises malheureuses de l’aérodrome

L’activité de l’école et du centre devint toujours plus intense et digne d’un centre professionnel et permanent. Gilles Bettinger, moniteur professionnel formé à l’école française de parachutisme de Biscarosse, reprit le poste de Théo Fritschy premier instructeur professionnel du centre. Avec un sens de la gestion et du rendement très prononcé, sous la direction de l’administrateur de Coop-Aviation, l’activité avec plus de 6000 sauts par année entraîna un dépassement des limites des nuisances tolérées. Celles-ci, additionnées à la problématique des crises que l’aérodrome traversait à cette époque, n’arrangèrent rien. Les tensions entre Coop-Aviation et la commune d’Ecuvillens dues aux démarches en cours pour l’acceptation des infrastructures nécessaires au projet d’agrandissement de l’aérodrome classé "régional" ne firent qu’augmenter. Et c’est à la suite d’une malheureuse convention passée entre Coop-Aviation et la commune d’Ecuvillens que le centre de parachutisme et son école sur l’aérodrome, devinrent l’enjeu et le bouc émissaire et furent fermés en 1975.

Ce fut vraiment navrant de devoir arriver à cette mesure extrême, car le parachutisme fait partie de l’histoire du CFA, de l’aérodrome, de l’aviation fribourgeoise et ce ne sont pas les pilotes-largueurs qui le contrediraient. Depuis, on a pu remarquer qu’il était important que l’aviation progresse dans le respect de l’environnement pour continuer à exister. Le parachutisme, lui aussi pratiqué avec des voilures nouvelles dont la conception a changé, augmentait la sécurité et diminuait ainsi ses nuisances. L’évolution du «parachute» en profil et forme d’aile, améliorant la finesse de vol et ses performances, il permit ainsi un contrôle meilleur de la conduite de son vol avec pour conséquence une meilleure précision et sécurité à l’atterrissage.

Tenant compte des circonstances de cette époque, le Para-club Fribourg, sous la présidence de Georges Cotting, avec quelques membres entreprirent des démarches auprès du club de vol à voile de Bellechasse pour maintenir une activité minimale, alors que le projet d’une réactivation de l’école était maintenu en état de veille pour un moment. Il faut relever que les encouragements et les appuis dans les démarches pour le maintien d’une activité parachutiste même restreinte et par la suite pour la renaissance de l’école, ont toujours été effectifs de la part des membres du CFA acquis au parachutisme. Il est important de signaler à nouveau Béda Hefti, Pierre de Sybourg, Joseph Surchat et d’autres encore. La survie par la suite du parachutisme sur l’aérodrome d’Ecuvillens leur doit beaucoup.

Cette fermeture durera un temps seulement, car l’activité du parachutisme fribourgeois ayant repris depuis 1978 dans son école d’Ecuvillens. Mais ce sera là, la suite de l’histoire …… que d'autres personnes impliquées seront à même de l'écrire si elles le voudront bien ?

Ma chronique sur l'historique de la création de l'école de parachutisme par Béda Hefti avec le CFA s'arrête à cette époque-là !

      Claude Rüeger

Lexique des abréviations en usage à l'époque

AéCS

Aéro-Club-Suisse

OM

Ouverture manuelle = [OC]  < 3 sec.

ARPS

Association romande de parachutistes sportifs

OR

Ouverture retardée  > 3 sec.

CFA

Club fribourgeois d'aviation

OFA

Office fédéral de l'air
(actuellement OFAC)

CSP/FSK

Commission suisse du parachutisme auprès de l'AéCS

PA

Précision d'atterrissage

EFP

Ecole fribourgeoise de parachutisme

PCF

Para-club-Fribourg

IAP

Instruction aéronautique préparatoire (ancienne appellation)

PCR

Para-club romand

OA

Ouverture automatique du parachute par sangle ou static line

SOA

Sangle d'ouverture automatique

OC

Ouverture commandée  < 3 sec.

PSC

Para-Sport-Club
(club de la Suisse-alémanique)

Page précendente et suivante

courrier@amicaleaviation4.ch

Claude Rüeger - All rights reserved - Copyright 2011

Chronique historique - école de  parachutisme Bellechasse  et  Ecuvillens